Publié le 30 Août 2016

Tarte aux pêches et à la confiture d'abricots

La saison avance irrémédiablement et bientôt les fruits d'été ne seront plus que de doux souvenirs... Profitons-en tant qu'on le peut avec cette tarte aux pêches fondante à souhait !

Ingrédients :

- 4 pêches

- 30 g de sucre en poudre

- 1 gousse de vanille

- 20 cl de lait

- 30 g de farine

- 2 jaunes d'œufs

- 3 cuillères à soupe de confiture d'abricots

- 1 pâte feuilletée

1- Verser le lait dans une casserole. Fendre la gousse de vanille en 2 et faire tomber les graines de vanille dans le lait. Ajouter le reste de la gousse dans le lait et porter le tout à ébullition.

2- En parallèle, battre les jaunes d’œufs avec le sucre dans un récipient. Ajouter la farine et mélanger.

3- Verser le lait bouillant dans le mélange précédent, en ayant enlevé préalablement la gousse de vanille. Mélanger et remettre le tout à chauffer dans la casserole en remuant pour que le mélange s'épaississe, tel une crème pâtissière.

4- Préchauffer votre four à 200°C. Dérouler la pâte feuilletée dans un moule à tarte, la piquer et la faire cuire 15 minutes.

5- Peler les pêches et les couper en quartiers.

6- Une fois la pâte feuilletée précuite, étaler la crème dessus et disposer les quartiers de pêches.

7- Faire cuire à nouveau au four 20 minutes. Badigeonner enfin la tarte de confiture tandis qu'elle est encore chaude puis laisser refroidir.

Bon appétit !

Crédit photo : Estelle Bouquet.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Recettes de cuisine

Repost 0

Publié le 26 Août 2016

Voici que la saison décline

Il faudra sans doute attendre encore quelques jours pour la fraîcheur mais il n'empêche que le mois d'août nous quitte bel et bien...

"Voici que la saison décline,
L’ombre grandit, l’azur décroît,
Le vent fraîchit sur la colline,
L’oiseau frissonne, l’herbe a froid.

Août contre septembre lutte ;
L’océan n’a plus d’alcyon ;
Chaque jour perd une minute,
Chaque aurore pleure un rayon.

La mouche, comme prise au piège,
Est immobile à mon plafond ;
Et comme un blanc flocon de neige,
Petit à petit, l’été fond."

Victor Hugo, "Voici que la saison décline", Dernière gerbe.

Crédit photo : Estelle Bouquet.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Poèmes

Repost 0

Publié le 21 Août 2016

Les solutions naturelles pour lutter contre les nuisibles du potager

Vous avez passé du temps à imaginer son organisation, préparer la terre, semer, planter, arroser… Votre potager prend forme, pousse lentement mais pas si sûrement que prévu… des ravageurs font leur entrée et là, c’est le drame ! Très agaçant certes, mais pas une raison pour autant d’employer des pesticides et autres produits chimiques dans votre lutte anti-nuisible. Parce qu’après tout, vous allez consommer ces légumes, autant ne pas vous intoxiquer, et puis cela évitera la pollution du sol et des nappes phréatiques. Attardons-nous donc sur quelques pistes pour préserver votre potager de manière naturelle.

La rotation des cultures

Faire tourner ses cultures permet tout d'abord d'éviter l'épuisement de certains nutriments dans le sol, qui pourraient finir par manquer à vos légumes, si vous les plantez ou semez toujours au même endroit. Mais cette rotation des cultures est aussi utile dans la lutte contre les parasites, qui, étant restés dans le sol et ne retrouvant pas au même endroit de quoi les nourrir, auront moins de chance de se multiplier.

L'association des plantes

Certaines plantes font fuir les parasites par leur odeur ou au contraire les attirent à elles et constituent des plantes pièges qui seront des remparts pour préserver votre potager. Bon nombre de plantes aromatiques comme le thym, la sariette, le romarin, la sauge, l'origan, etc. éloignent les ravageurs de type pucerons, limaces, piérides, doryphores ou mouches nuisibles. Dans un potager, des associations de légumes sont à privilégier : à titre d'exemple, les carottes et les oignons poussant dans une même rangée feront fuir leurs prédateurs respectifs.

Les insectes auxiliaires

La culture de fleurs sauvages riches en nectar favorisera la venue d'insectes utiles comme les chrysopes, les "demoiselles aux yeux d'or", friandes de pucerons, tout comme les coccinelles. Le staphylin odorant préfère quant à lui les escargots et les limaces et la grande sauterelle se repaît de larves de doryphores et de chenilles. A chaque nuisible son prédateur, qu'il convient d'attirer par de petits aménagements ou en faisant pousser certains végétaux qui les attireront. Il est aussi possible de procéder à l'achat d'insectes utiles. On trouve par exemple dans le commerce des larves de coccinelles. A n'utiliser par contre que lorsque les pucerons sont bien présents !

Les pièges et voiles anti-insectes

Des pièges à phéromones peuvent être utilisés, efficaces contre les vers du poireau ou la noctuelle du chou. Les pièges à glu, colorés, sont employés contre les insectes volants. Il reste encore la solution du voile protecteur anti-insecte, soutenu par des arceaux, et ne gênant d'aucune manière la levée des plants. Il est habituellement utilisé contre la mouche de la carotte, du chou, du poireau ou les papillons comme la noctuelle et la piéride du chou. Concernant les limaces et escagots, un récipient contenant de la bière fera l'affaire, les attirant même de loin.

L'insecticide biologique

En dernier recours, lorsque l'invasion est déclarée, et que les moyens précédemment cités ne suffisent plus, l'insecticide biologique peut s'avérer néccessaire. Le purin de fougère, entièrement végétal, sera ainsi très efficace pour lutter contre les pucerons ou les taupins, attaquant notamment la pomme de terre, les fraises et les salades. Utilisé en agriculture biologique, le pyrèthre, issu des fleurs séchées de chrysanthème, est un insecticide se dégradant très rapidement et agissant par contact contre tous les insectes, nuisibles ou pas, malheureusement. A l'inverse l'insecticide BT, aussi employé en agriculture biologique et produit à partir de la bactérie Bacillus thuringiensis, permet de cibler uniquement les chenilles comme la piéride du chou, la noctuelle ou le ver du poireau.

Un large éventail de possibilités s'offre donc au jardinier pour obtenir de beaux légumes sans nuire à l'environnement !

Crédit photo : Estelle Bouquet.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Astuces et aménagement du jardin

Repost 0

Publié le 13 Août 2016

Le temps d'une nouvelle escapade dans la nature auvergnate

Une nouvelle excursion en Haute-Loire est pour moi l'occasion de venir clore ce chapitre estival auvergnat. Le beau temps était souvent au rendez-vous malgré les températures plus fraîches caractéristiques des endroits bénéficiant d'une belle altitude. Au programme : de nouveaux papillons témoignant de la diversité des lépidoptères dans la région, une balade en forêt à la recherche de champignons, une vache Aubrac croisée au détour d'un chemin tortueux et un croissant de lune apparu lors d'une nuit claire et calme.

 

Chiffre ou Argynnis Niobe. On observe ici la trompe du papillon qui lui permet d'aspirer le nectar floral.

Chiffre ou Argynnis Niobe. On observe ici la trompe du papillon qui lui permet d'aspirer le nectar floral.

Entrelacs de racines de pins au bord du lac d'Issarlès. Certes non idéal pour la randonnée mais un plaisir pour les yeux.

Entrelacs de racines de pins au bord du lac d'Issarlès. Certes non idéal pour la randonnée mais un plaisir pour les yeux.

Vache Aubrac rencontrée lors de l'exploration d'un chemin à destination inconnue. Son air suspicieux couplé à la clôture très basse a engendré un faible attardement, juste le temps d'une photo...

Vache Aubrac rencontrée lors de l'exploration d'un chemin à destination inconnue. Son air suspicieux couplé à la clôture très basse a engendré un faible attardement, juste le temps d'une photo...

Demi-deuil ou Melanargia galathea. Seul représentant de la famille des Nymphalidae qui n'arbore pas de couleurs vives.

Demi-deuil ou Melanargia galathea. Seul représentant de la famille des Nymphalidae qui n'arbore pas de couleurs vives.

Odeur sylvestre caractéristique, craquements de branches sèches, sensation agréable en marchant sur un tapis de feuilles, chant des oiseaux... Tout y était hormis les champignons comestibles...

Odeur sylvestre caractéristique, craquements de branches sèches, sensation agréable en marchant sur un tapis de feuilles, chant des oiseaux... Tout y était hormis les champignons comestibles...

Moment mémorable où l'on s'aperçoit que le zoom de l'appareil photo permet d'entrevoir les cratères lunaires invisibles à l’œil nu. Couché dans un champ à observer le ciel, on pourrait presque y passer la nuit entière...

Moment mémorable où l'on s'aperçoit que le zoom de l'appareil photo permet d'entrevoir les cratères lunaires invisibles à l’œil nu. Couché dans un champ à observer le ciel, on pourrait presque y passer la nuit entière...

Crédits photos : Estelle Bouquet

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Voyages photographiques

Repost 0