Publié le 24 Novembre 2016

Nourrir les oiseaux en hiver

L’hiver approchant, la nourriture viendra à manquer dans les prochaines semaines pour les oiseaux fréquentant nos jardins et balcons. Quand bien même l’hiver serait doux, les ressources alimentaires dans lesquelles ils puisent, souvent constituées de baies et de graines, sont moindres en cette période. Il est donc opportun de nourrir nos amis volatiles en tout genre et de pouvoir observer par la même occasion certaines espèces qui restent à distance des habitations le reste de l’année.

Quand donner à manger aux  oiseaux ?

En général, il est conseillé de nourrir les oiseaux seulement durant la période hivernale, de la fin du mois de novembre à la fin du mois de mars. Au printemps la plupart des oiseaux deviennent insectivores et une relation de dépendance peut s’installer si l’on continue à les nourrir, notamment chez les jeunes oiseaux. Une fois que vous avez commencé à leur donner de la nourriture, il ne faut pas arrêter de le faire brusquement, notamment s’il gèle encore. Ils pourraient avoir beaucoup de mal à retrouver de quoi manger une fois habitués.

Comment les nourrir ?

Il y a différentes manières de nourrir les oiseaux. Des mangeoires peuvent être placées en hauteur, notamment pour les espèces arboricoles telles que la mésange. Plusieurs types de mangeoires existent : la mangeoire filet pour les espèces agiles, la mangeoire trémie, composée d’un compartiment à graines qui délivre la nourriture au fur et à mesure, et la mangeoire plateau. Certaines espèces comme le merle ou le moineau se nourrissent à même le sol. Il est alors préférable de déposer la nourriture sur un support, pour éviter le contact avec l’humidité de la terre. Quoiqu’il en soit, prenez garde à placer les mangeoires hors de portée des chats et la nourriture au sol loin des buissons dans lesquels les prédateurs pourraient se cacher. Les mangeoires et abreuvoirs doivent être nettoyés régulièrement et les vieux aliments retirés afin d’éviter la transmission de maladies.

Quels aliments leur donner ?

Les aliments trop salés, trop épicés et le pain sec non émietté doivent être évités. De même, le lait est à proscrire car il ne serait pas digéré et pourrait entraîner des troubles digestifs mortels.

Les graines de tournesol sont appréciées de la plupart des espèces. Il est aussi possible de donner des cacahuètes, du maïs concassé, des graines de millet ou d’avoine, des pains de graisse végétale, des fruits tels que pommes ou poires, du riz bouilli, des gâteaux rassis et des croûtes de fromage en faible quantité.

Un petit geste que nos compagnons ailés sauront sans doute apprécier dans le plus froid de l'hiver...
 

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Animaux, #Astuces et aménagement du jardin

Repost 0

Publié le 19 Novembre 2016

La tarte au citron

Cela fait des semaines que vous regardez patiemment mûrir les fruits de votre citronnier et le moment venu, vous ne savez pas comment les déguster à leur juste valeur ? La tarte au citron est sans doute l'un des mets les plus appropriés pour cela. Les citrons non traités du jardin tiendront ainsi toutes leurs promesses gustatives. Cette recette n'exclut bien entendu pas ceux qui n'auraient pas de citronnier... Prenez juste des citrons non traités comme le zeste est consommé.

Ingrédients : 

Pour la pâte sablée

- 250 g de farine

- 125 g de sucre

- 125 g de beurre

- 1 oeuf

Pour la garniture : 

- 2 citrons non traités

- 20 cl de crème liquide

- 3 oeufs

- 80 g de sucre

Pour décorer : 

Noix de coco râpée

1- Préparer la pâte sablée : dans un récipient, mélanger la farine, le sucre, l'oeuf et le beurre fondu. Pétrir le tout et étaler la pâte dans un moule à tarte. Préchauffer le four à 200°C.

2- Préparer ensuite la garniture : dans un autre récipient, battre les oeufs. Puis ajouter la crème et le sucre. Mélanger le tout. A l'aide d'une râpe, faire des zestes de citron qui iront rejoindre la préparation. Le dosage dépend du goût de chacun et du parfum plus ou moins prononcé des fruits. Pour ma part, j'ai mis les zestes d'un demi-citron du jardin, ce qui a donné une garniture déjà bien parfumée. Extraire enfin le jus des deux citrons et le mélanger au reste de la préparation.

3- Verser le mélange sur la pâte sablée et enfourner le tout durant 30 minutes à 200°C. La tarte au citron est prête lorsqu'elle est légèrement dorée.

4- Il possible de rajouter un peu de noix de coco râpée ou de sucre glace pour décorer.

Bon appétit ! 

Crédit photo : Estelle Bouquet.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Recettes de cuisine

Repost 0

Publié le 13 Novembre 2016

Arrière-saison

En cette journée de froide grisaille, il est l'heure d'un premier poème automnal...

La couleur verte
tremble
entre les mains
de l’automne.
La mort maquille
les feuilles
pour leurs noces
avec le givre.
Un silence très ancien
se loge
dans la lumière
qui se tait
et le Temps jette
les heures insouciantes
dans un feu sans mémoire.
 "

Kamal Zerdoumi, "Arrière-saison'".

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Poèmes

Repost 0

Publié le 6 Novembre 2016

Châtaignes et marrons, pour un réconfort gourmand en hiver

Des châtaignes grillées bien chaudes qui réchauffent les mains glacées... Voilà bien un peu de réconfort dans les longues nuits d'hiver qui seront pour quelques mois notre quotidien.

Fruit automnal par excellence, la châtaigne se décline de multiples façons : à nous les marrons glacés, châtaignes grillées ou bouillies en garniture, crème de marrons et veloutés.

Commençons par le commencement... châtaigne ou marron ?

Une idée répandue veut que la châtaigne soit comestible mais pas le marron, bien qu'on parle de crème de marrons ou de marrons glacés. Ce qui peut laisser perplexe...

D'un point de vue botanique, les châtaignes sauvages sont les fruits du châtaignier, Castanea sativa, arbre appartenant à la même famille que les hêtres ou les chênes. La bogue, enveloppe piquante recouvrant les châtaignes, est en général compartimentée et contient trois fruits. On appelle dans le langage courant "marron" toute grosse châtaigne qui est seule dans la bogue. Ces grosses châtaignes ont été cultivées par l'homme, notamment par les castanéiculteurs. Ce sont elles qui sont utilisées pour confectionner les marrons glacés.

Il est important de ne pas les confondre avec les fruits du marronnier commun ou marronnier d'Inde, Aesculus hippocastanum, qui eux sont toxiques. La distinction se fait au niveau des feuilles, des fleurs et des bourgeons des deux arbres. Les fruits quant à eux se ressemblent. On les distingue néanmoins en général par leur forme, le fruit du marronnier étant plus gros et rebondi, et par la queue de la châtaigne, nommée "torche", qu'on ne retrouve pas sur la marron d'Inde. 

Un fruit très nutritif

La châtaigne a longtemps été un aliment de base pour nourrir à la fois les populations humaines mais aussi les troupeaux. On appelait d'ailleurs le châtaignier l'"arbre à pain" ou l'"arbre à cochons" comme les porcs étaient nourris avec des châtaignes.

La châtaigne présente l'avantage d'être un fruit très énergétique, contenant près de 35% de glucides mais pauvres en lipides et protides. C'est aussi une bonne source d'oligo-éléments et de vitamines. La châtaigne est riche en amidon résistant, amidon qui peut résister à la digestion et serait bénéfique pour la santé, notamment pour l'intestin.

Comment la choisir, la conserver et la consommer ? 

Sélectionnez les fruits lourds à l'écorce lisse et brillante, sans trou. N'oubliez pas que la châtaigne est un fruit frais ! Pour la conserver plus longtemps, n'hésitez pas à la placer dans le bac à légumes de votre réfrigérateur, en la protégeant de l'humidité. De même, évitez de retirer la torche, pour ne pas l'exposer aux parasites. La châtaigne peut être congelée entière ou épluchée.

Grillées au four, sous la cendre, à la poêle, bouillies et accompagnant la dinde de Noël... Les châtaignes peuvent être préparées de diverses façons. Confites au sucre et cristallisées, elles se font marrons glacés ; cuites et mélangées à du sucre, elles deviennent crème de marrons. Réduites en farine et mélangées à de la farine de froment, elles peuvent servir à confectionner du pain, des crêpes et autres pâtisseries.

Un aliment idéal pour accompagner les longues soirées hivernales...

Crédit photo : Estelle Bouquet.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Végétaux

Repost 0