Publié le 28 Avril 2017

Top 6 des noyaux et pépins à faire germer

De nombreux noyaux et pépins germent facilement en intérieur. Une atmosphère chaude, un peu d'humidité, et ils donneront de belles plantes d'ornement. Une manière peu onéreuse d'agrémenter nos maisons et balcons, qui demande seulement un minimum de patience. Voici donc quelques idées de noyaux et pépins à faire pousser.

1- Le noyau d'avocat

Tout d'abord le grand classique : j'ai nommé le noyau d'avocat ! Sa germination est assez aisée, dans l'eau ou dans du terreau. Une fois le noyau nettoyé de sa chair, deux méthodes s'offrent donc à vous.

Dans l'eau, il suffira de le planter de 3 cure-dents puis de l'installer pointe vers le haut dans un verre rempli d'eau, la partie supérieure émergée. Placez-le dans une pièce tempérée et remplacez l'eau souvent, afin qu'aucune moisissure n'apparaisse. Le temps de germination peut être variable, pouvant atteindre quelques semaines. Une fois les racines sorties, le noyau pourra être planté dans du terreau qu'il conviendra de toujours garder humide au début.

L'autre méthode consiste à planter directement le noyau lavé dans du terreau maintenu humide. Il sera positionné pointe vers le haut, la partie supérieure dépassant de terre. Une pousse devrait apparaître au bout de quelques semaines.

2- Les noyaux de cerise

Le temps des cerises est assurément proche. Pourquoi ne pas en profiter pour récupérer quelques noyaux et tenter de les faire pousser ? Une fois débarrassés de la chair, disposez-les entre deux morceaux de coton qui seront maintenus humides, dans un endroit chaud et à l'abri de la lumière. Lorsque la germination aura eu lieu, semez les noyaux dans un pot de terreau régulièrement arrosé.

Top 6 des noyaux et pépins à faire germer

3- Les noyaux de litchis

Après avoir nettoyé les noyaux de litchis que vous aurez sélectionnés (prenez-les dodus et brillants), faites-les tremper dans un verre d'eau durant deux jours. Plantez-les ensuite dans un pot de terreau, partie arrondie vers le haut. La terre doit recouvrir les noyaux et rester humide, alors que le pot est placé dans une pièce chaude. Il est préférable de planter plusieurs noyaux dans le même pot afin de multiplier les chances de germination et d'obtenir une belle potée. La croissance des jeunes plants sera assez lente une fois que les premières feuilles seront apparues.

4- Les pépins d'agrumes

Une fois que vous aurez sélectionné les plus beaux pépins, ceux qui sont les plus gros et sont intacts, faites-les tremper dans un verre d'eau durant 24 heures. Plantez ensuite plusieurs graines dans un même pot rempli de terreau, à 2 cm environ. Maintenez celui-ci dans un endroit ensoleillé et humidifiez la terre régulièrement.

Top 6 des noyaux et pépins à faire germer

5- Le noyau de mangue

Ouvrez le noyau de mangue pour en retirer l'amande qui se trouve à l'intérieur, en prenant soin de ne pas l'abîmer. Il est possible de la placer directement dans un large pot de terreau humide, en le maintenant à la chaleur et au soleil. La germination devrait intervenir au bout de deux mois environ. On peut aussi procéder à une germination préalable dans un récipient d'eau comme pour l'avocat.

6- Les noyaux de dattes

Sélectionnez plusieurs noyaux de dattes fraîches et non pasteurisées, pour multiplier les chances de germination. Une fois qu'ils seront bien propres, faites-les tremper dans de l'eau tiède durant plusieurs jours voire quelques semaines près d'une source de chaleur (une température de 30°C est idéale), en changeant l'eau régulièrement, jusqu'à apparition d'une racine. La culture de palmier dattier ne convient guère aux impatients ! Une fois la racine sortie, placez les noyaux dans un pot assez haut, qui sera rempli de substrat pour cactus. Une profondeur de 3 cm devrait suffire. Il faut maintenant prendre son mal en patience : au bout de deux mois apparaîtront les parties aériennes. Notez qu'une température de 20°C minimum est requise pour le bon développement de la plante. Quelques années seront ensuite nécessaires pour obtenir un petit palmier dattier digne de ce nom ! 

 

Top 6 des noyaux et pépins à faire germer

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Végétaux, #Astuces et aménagement du jardin

Repost 0

Publié le 22 Avril 2017

Le hérisson, fervent défenseur des jardins

S'il y a bien un animal discret, c'est le hérisson. Nocturne, de petite taille, il est peu aisé de le rencontrer quand on le cherche, et c'est souvent par hasard qu'on le croise au détour d'un chemin ou au cœur du jardin. Dans ce dernier cas, sa présence s'avérera salutaire et il conviendra alors de tout faire pour qu'il y élise domicile.

Le hérisson, sportif de haut niveau

De qualités, le hérisson n'en manque pas... Excellent nageur, très bon grimpeur et armé de plus de 6000 piquants érectiles assurant sa défense en cas de besoin, notre petit mammifère insectivore possède de grands atouts. Alors certes, il n'est pas d'une rapidité exemplaire, parcourant environ trois mètres à la minute, mais il peut tout de même produire des accélérations sur une trentaine de mètres, ce qui en fait un animal endurant.

Pourquoi le hérisson et le jardinier devraient-ils bien s'entendre ?

Notre ami est un fin chasseur d'insectes... et autres. Limaces, criquets, sauterelles, escargots, mille-pattes, araignées, lombrics, chenilles ou hannetons, tout y passe, même les vipères ! Il joue ainsi un rôle important dans la biodiversité, permettant de préserver l'équilibre des espaces verts. Le jardinier peut donc lui confier son potager sans hésitation, il saura le protéger sans faillir et qui plus est de manière écologique. Il devient en effet inutile d'utiliser des produits chimiques devant l'efficacité de ce guerrier vorace. Le hérisson est d'ailleurs menacé par l'utilisation excessive de pesticides, mieux vaut donc les proscrire quand il est dans les parages (et les proscrire tout court d'ailleurs ! ).

Comment l'attirer ?

Le hérisson étant une espèce protégée, il est notamment interdit de le mettre en vente, de le capturer ou de l'enlever. Ce qui n'empêche pas de créer les meilleures conditions dans son jardin dans l'espoir qu'il vienne s'y installer. Le hérisson apprécie les tas de bois, branchages et feuilles mortes qui lui permettront de bâtir un nid digne de ce nom. Et pour peu que votre jardin regorge de petits en-cas sur pattes, toutes les conditions seront alors réunies pour attirer les petites boules piquantes.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Animaux

Repost 0

Publié le 9 Avril 2017

Détails d'un jardin au printemps

La saison printanière est sans doute la plus riche en émerveillements. La nature s'éveille et laisse apparaître le vert tendre suivi de mille et une couleurs pastel, profondes, criardes, inattendues, baignées d'une nouvelle lumière. Le jardin en fête nous invite à un florilège de sensations...

Le lilas dans l'ombre délivre son parfum délicat.

Le lilas dans l'ombre délivre son parfum délicat.

A l'ombre des feuilles de tilleul, on se prête à la rêverie...

A l'ombre des feuilles de tilleul, on se prête à la rêverie...

L'iris traversé par la lumière du soleil déclinant se transforme presque en tableau.

L'iris traversé par la lumière du soleil déclinant se transforme presque en tableau.

Le lierre repart de plus belle, recouvrant les troncs environnants.

Le lierre repart de plus belle, recouvrant les troncs environnants.

En cette fin de journée, l'olivier se pare de reflets dorés.

En cette fin de journée, l'olivier se pare de reflets dorés.

Bien petite encore est la figue à la saveur sucrée...

Bien petite encore est la figue à la saveur sucrée...

Une sieste parmi les brins d'herbe tendre ?

Une sieste parmi les brins d'herbe tendre ?

Les fleurs de thym parfumées égayent la garrigue.

Les fleurs de thym parfumées égayent la garrigue.

Son compagnon de toujours, le romarin, se dresse fièrement vers le ciel.

Son compagnon de toujours, le romarin, se dresse fièrement vers le ciel.

Un nouveau départ pour la vigne, qui verra l'apogée de sa croissance dans quelques mois...

Un nouveau départ pour la vigne, qui verra l'apogée de sa croissance dans quelques mois...

De nouvelles découvertes au gré des chemins. Ici, des orchidées sauvages.

De nouvelles découvertes au gré des chemins. Ici, des orchidées sauvages.

De petits "buissons ardents" poussent au pied des oliviers.

De petits "buissons ardents" poussent au pied des oliviers.

Les fleurs d'amandier se découpent sur le ciel azur.

Les fleurs d'amandier se découpent sur le ciel azur.

La vie emplit le bord des ruisseaux.

La vie emplit le bord des ruisseaux.

Un simple regard en l'air, et les mystères du ciel s'offrent eux aussi à nous.

Un simple regard en l'air, et les mystères du ciel s'offrent eux aussi à nous.

Crédits photos : Estelle Bouquet.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Voyages photographiques

Repost 0

Publié le 1 Avril 2017

Top 7 des légumes oubliés ou méconnus

Les légumes anciens ont tendance à revenir sur le devant de la scène ces dernières années. Diversification de l'alimentation, découverte de nouvelles saveurs, simple curiosité vis-à-vis des denrées consommées par nos aïeux... Les motivations des consommateurs actuels sont diverses.

Les légumes oubliés appartiennent, pour la plupart, à la famille résistante des légumes-racines. En cela, ils bénéficient en général d'une longue conservation et offrent de nombreuses propriétés nutritives. Ils sont bien souvent connus depuis le Moyen-Age ou la Rome Antique mais ont déserté nos étals car une sélection a été opérée. En dehors de certains légumes comme le chou-rave, qui pouvaient occasionner des problèmes digestifs, les légumes oubliés ont parfois été remplacés par d'autres car ils étaient liés aux périodes de famine et de guerre dans l'inconscient collectif, comme le rutabaga ou le crosne par exemple.

Après notre tour d'horizon des fruits oubliés, intéressons-nous donc aujourd'hui aux légumes méconnus.

Top 7 des légumes oubliés ou méconnus

Le cardon est un légume d'automne ou d'hiver cultivé dans la région lyonnaise, en Savoie et dans le bassin méditerranéen pour les pétioles de ses feuilles appelés cardes ou côtes. Ces cardes blanc crème sont bien charnues et ont un goût rappelant l'artichaut. Elles sont souvent consommées lors des fêtes de fin d'année. Largement répandu jusqu'au milieu du XIXe siècle, le cardon tombe peu à peu dans l'oubli, pourtant très riche en minéraux et en fibres. Il se prépare aujourd'hui sauté, en gratins, en frites ou omelettes, mais toujours cuit. En effet, il est nécessaire de le blanchir afin de le rendre plus tendre et digeste. Petit conseil : Choisissez des cardes bien fermes et blanches à l'achat, ne présentant aucune tâche ou flétrissure. A consommer rapidement ! 

Top 7 des légumes oubliés ou méconnus

Le crosne est un petit tubercule blanc nacré originaire d'Asie à la forme très particulière. Personnellement il me fait penser à une chenille bien dodue, mais ne vous y trompez pas, il possède une saveur raffinée, proche de l'artichaut et du salsifis, et une texture mi-fondante mi-croquante. Riche en potassium et en phosphore, le crosne se consomme le plus souvent cuit à la vapeur, bouilli, en gratin ou braisé, et ce, le plus rapidement possible, étant donné qu'il se conserve mal. Comme le cardon, choisissez vos crosnes bien blancs, fermes et charnus. Très mal représenté sur nos étals, le crosne a peu à peu disparu car il était assimilé aux périodes de famine, ayant été très consommé durant les deux guerres mondiales.

Top 7 des légumes oubliés ou méconnus

Le panais est un légume-racine à la saveur douce et sucrée. Pouvant se consommer cru comme la carotte, en salade, ou cuit en soupe, en purée ou en poêlée, il offre de multiples possibilités culinaires. Il constitue de plus une très bonne source de fibres insolubles, antioxydants et vitamines. Seuls les diabétiques doivent s'en méfier car il est très riche en glucides, deux fois plus que la carotte ! Il est conseillé de choisir des racines de grosseur moyenne, les petites se desséchant rapidement tandis que les grosses sont souvent fibreuses.

Top 7 des légumes oubliés ou méconnus

La poire de terre, ou yacón, est une plante vivace originaire d'Amérique du Sud, proche de la pomme de terre et du topinambour. On consomme ses tubercules longs et charnus rappelant la forme d'une poire. Croquants et très juteux, ils sont employés au Pérou pour calmer la soif. On les cuisine de la même manière que les pommes de terre, à cette différence près qu'on peut aussi les consommer crus. La texture de la poire de terre ainsi que sa saveur vous rappelleront sans doute celles de la pomme et de la pastèque. Un légume curieux à découvrir... si l'occasion se présente ! 

Top 7 des légumes oubliés ou méconnus

Le rutabaga, ou chou navet, est un légume-racine appartenant à la même famille que le navet ou le radis. Lui aussi très consommé durant la Seconde Guerre mondiale, il a volontairement été oublié, évoquant les mauvais souvenirs de cette période. Riche en vitamine C (presque autant qu'une orange ! ), il possède également de bonnes teneurs en calcium et magnésium. Cru ou cuit, c'est vous qui choisirez ! Purée, gratin, soupe, frites, vapeur... Le rutabaga est plutôt docile ! 

Top 7 des légumes oubliés ou méconnus

Le scorsonère est un légume-racine s'apparentant au salsifis, avec lequel on le confond parfois. Il présente cependant une saveur supérieure à celui-ci, même s'il est très peu cultivé. D'un point de vue culinaire, on le prépare à l'eau, en gratin ou encore en beignet. Pour ceux qui auraient la chance de tomber sur un étal de scorsonères, les racines non lavées et entières sont à privilégier. Un suc laiteux s'en écoulant est le témoin de leur fraîcheur. 

Top 7 des légumes oubliés ou méconnus

Notre dernier vétéran des guerres du début du siècle : le topinambour ! Il est dommage que ce légume ait été mis de côté, eu égard à sa saveur et ses nombreux bienfaits. Il se décline en cuisine de multiples façons : à l'eau, à la vapeur, rôti, sauté, frit, gratiné... Vous aurez l'embarras du choix pour ce légume au goût légèrement sucré.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Végétaux

Repost 0