Publié le 8 Octobre 2017

Matin d'automne

C'est sans doute dans la douceur d'un dimanche d'octobre qu'on saura le plus apprécier ce poème de François Coppée portant sur les matins d'automne.

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.

Leur chute est lente. On peut les suivre
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre,
L’érable à sa feuille de sang.

Les dernières, les plus rouillées,
Tombent des branches dépouillées :
Mais ce n’est pas l’hiver encor.

Une blonde lumière arrose
La nature, et, dans l’air tout rose,
On croirait qu’il neige de l’or.

François Coppée. "Matin d'automne", Promenades et Intérieurs.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Poèmes

Repost 0

Publié le 1 Octobre 2017

Les olives cassées

A l'ordre du jour, une recette qui fleure bon la Provence et les apéritifs : les olives cassées. Pour ceux qui ont la chance d'avoir des oliviers, le temps est grandement venu de préparer cette recette traditionnelle simple mais délicieuse.

Ingrédients : 

- Olives vertes (variété salonenque de préférence)

- Sel

- Fenouil sauvage

1- Une fois que vous avez ramassé la quantité d'olives désirée, disposez une petite poignée d'olives sur une planche en bois et, à l'aide d'un verre à fond plat et solide, tapez-les assez fort pour les fendre légèrement et non les écraser. Placez-les au fur et à mesure dans un saladier d'eau sinon les olives s'oxyderont au contact de l'air. Une fois toutes les olives cassées, rincez-les à l'eau froide pour éliminer l'huile en suspension. Remplissez une jarre en terre cuite (que l'on nommera aussi toupine en Provence) d'eau et placez-y les olives. Recouvrez la toupine d'une assiette afin que les olives trempent entièrement dans l'eau. Changez l'eau une fois par jour durant 8 jours afin que les olives perdent leur amertume.

2- Une fois que les 8 jours sont passés, préparez une saumure. La quantité de celle-ci sera fonction de la quantité d'olives. Un litre d'eau nécessitera 50 g de sel. Faites bouillir l'eau avec le sel et ajoutez-y un bouquet de fenouil sauvage. Passez le tout au chinois afin d'éliminer le fenouil et laissez refroidir l'eau.

3- Versez la saumure froide sur les olives présentes au fond de la jarre, qu'on aura débarrassées de l'eau présente pour les désamériser. La saumure doit bien recouvrir les olives. Pour cela placez l'assiette au dessus de la jarre comme précédemment.

Les olives cassées peuvent maintenant être dégustées et se conserveront quelques semaines, pour les plus chanceux jusqu'à Noël ! De quoi délicieusement agrémenter vos apéritifs de la saison automnale ! 

Crédit photo : Estelle Bouquet.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Recettes de cuisine

Repost 0

Publié le 9 Septembre 2017

Mélancolique saule pleureur

Avec son magnifique port tombant, le saule pleureur a inspiré de nombreux écrivains et peintres tels que Monet et Alfred de Musset qui aime son "feuillage éploré", dont la pâleur lui est "douce et chère". Qui mieux que lui peut offrir un refuge pour qui voudrait se dissimuler à l'abri des regards, derrière ses fins rameaux qui touchent le sol, se balançant au rythme du vent?

Un brin de botanique...

Le saule pleureur, aux origines chinoises, a été importé en Europe à la fin du XVIIe siècle et s'est depuis largement naturalisé sur tous les continents. Comme tous les autres saules, il pousse facilement dans un sol humide et frais, et s'épanouira en bordure d'une pièce d'eau tel qu'une mare ou un étang, dans un endroit ensoleillé. Pouvant atteindre 15 à 20 mètres de hauteur, le saule pleureur possède un feuillage caduc, qui est un des premiers à apparaître au printemps et un des derniers à tomber durant la saison automnale. Son appellation de "pleureur" lui vient de ses longues branches-lianes touchant quasiment la terre, quoique certains l'expliquent aussi par le fait que de l'eau de condensation s'écoule parfois de ses feuilles et branches en quantité abondante, telles des larmes. Son nom latin Salix babylonica lui a été donné par Carl von Linné en référence à un arbre cité dans la Bible, bien qu'il s'agisse plus probablement d'un peuplier de l'Euphrate.

Des symboliques contradictoires

En Occident, le saule pleureur est parfois lié à la mort, du fait de sa forme très spécifique assimilée à un sentiment de tristesse. Dans une moindre mesure, il est l'Arbre de la mélancolie et du souvenir nostalgique pour les romantiques. Toutefois, beaucoup le considèrent à l'inverse comme un symbole d'immortalité, ses rameaux plantés en terre pouvant renaître à la vie, pour peu qu'ils soient humidifiés. C'est notamment cette symbolique que lui confèrent les peuples orientaux. En Chine, la Cité des saules est le lieu même de l'immortalité. Lao Tseu méditait d'ailleurs sous son feuillage. Au Tibet, il est l'arbre central, l'Arbre de vie. Au  Japon, on le retrouve dans la légende du "Saule du Samouraï', qui possède une âme incarnée sous la forme d'une jolie femme. Le saule est en effet l'arbre de la lune, de la femme et de l'eau, l'arbre du rêve, de l'intuition et des profondes émotions qui peuvent ressurgir brusquement à la surface telles que les énergies du printemps.

Crédit photo : Estelle Bouquet.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Végétaux

Repost 0

Publié le 27 Août 2017

Le vœu d'une feuille

Que pourrions-nous bien désirer si nous étions une simple feuille ? Victor Hugo imagine le vœu d'une d'entre elles dans Les Orientales, nous faisant ainsi prendre part à son voyage effréné.

Si j’étais la feuille que roule
L’aile tournoyante du vent,
Qui flotte sur l’eau qui s’écoule,
Et qu’on suit de l’oeil en rêvant ;

Je me livrerais, fraîche encore,
De la branche me détachant,
Au zéphyr qui souffle à l’aurore,
Au ruisseau qui vient du couchant.

Plus loin que le fleuve, qui gronde,
Plus loin que les vastes forêts,
Plus loin que la gorge profonde,
Je fuirais, je courrais, j’irais !

Plus loin que l’antre de la louve,
Plus loin que le bois des ramiers,
Plus loin que la plaine où l’on trouve
Une fontaine et trois palmiers ;

Par delà ces rocs qui répandent
L’orage en torrent dans les blés,
Par delà ce lac morne, où pendent
Tant de buissons échevelés ;

Plus loin que les terres arides
Du chef maure au large ataghan,
Dont le front pâle a plus de rides
Que la mer un jour d’ouragan [...]

Victor Hugo. "Vœu", Les Orientales, 1829.

Crédit photo : Estelle Bouquet.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Poèmes

Repost 0

Publié le 20 Août 2017

Les jardins de Game of Thrones

La série Game of Thrones peut s’enorgueillir d’un succès digne des plus grands chefs-d’œuvre du cinéma. Rien d’étonnant à cela, quand on goûte à cet univers peuplé d’intrigues captivantes et de personnages charismatiques explorant la bonté comme la noirceur de l’âme humaine. Se succèdent à tambour battant les histoires d’honneur, de sacrifices et de complots accompagnées d’une musique épique et de décors majestueux, situés un peu partout sur le globe… Nous explorerons aujourd’hui les plus beaux jardins de la série, dans lesquels flânent nos protagonistes favoris au gré des épisodes.

Jardins royaux de Port-Réal

Jardins royaux de Port-Réal

Les jardins royaux de Port-Réal, ou l’arboretum de Trsteno

Dans la série, la ville de Port-Réal est la capitale du royaume des Sept Couronnes et le centre du pouvoir politique. La cité accueille notamment le Trône de Fer ainsi que le Donjon Rouge, le demeure de la famille royale. Les jardins de Port-Réal sont le théâtre de nombreux complots et secrets qui sont dévoilés au détour des allées.

L’arboretum de Trsteno, en Croatie, est le lieu qui a été choisi pour donner vie à ces jardins. Ce parc croate de 25 hectares situé à environ 18 km de la ville de Dubrovnik est un des plus anciens arboretums au monde, abritant plus de 300 espèces végétales telles que des palmiers, des eucalyptus, des camphriers ou des platanes géants. Les vedettes du parc sont d’ailleurs deux platanes d’Orient de plus de 400 ans. Ces spécimens uniques de leur espèce botanique (Platanus Orientalis) en Europe font plus de 60 mètres de hauteur pour 5 mètres de diamètre. L’arboretum a connu cinq siècles de développement continu et illustre parfaitement l’art de jardiner à la Renaissance. Il se compose de sentiers bordés de colonnes en pierre menant à de petits havres aux thématiques variées telle que la fontaine de Neptune. Le jardin se termine par une agréable terrasse dominant la mer et appelée Le Pavillon, terrasse que l’on aperçoit dans la série Game of Thrones, notamment lors des rencontres entre Olenna Tyrell et sa petite fille, Margaery.

Arboretum de Trsteno

Arboretum de Trsteno

Route menant à Port-Réal

Route menant à Port-Réal

Un petit détour par The Dark Hedges

La belle route menant à Port-Réal, reconnaissable par les hêtres courbés qui la bordent, correspond à un lieu nommé The Dark Hedges (« haies sombres »), en Irlande du Nord. Notez que les arbres en question ont été plantés au XVIIIe siècle par la famille Stuart afin d’impressionner les visiteurs qui approchaient de leur manoir. Ce dernier a aujourd’hui été transformé en club de golf mais la route conserve son aspect fascinant et singulier, rendu par les arbres aux formes tortueuses, provoquant des jeux d’ombre et de lumière. En fonction de l’heure de la journée, l’atmosphère du lieu change, tantôt accueillante tantôt menaçante. Un régal pour les photographes et promeneurs, qui prendront garde de ne pas s’y attarder la nuit tombée, une Dame Grise hantant les lieux, errant entre les arbres.

The Dark Hedges

The Dark Hedges

Jardins aquatiques de Dorne

Jardins aquatiques de Dorne

Les jardins aquatiques du palais de Dorne, ou le palais Alcazar de Séville

Les jardins aquatiques correspondent dans la série au palais côtier des dirigeants de Dorne, la famille Martell. Le Prince Doran Martell souffrant de la goutte en a fait sa résidence principale car le climat y est plus frais, du fait de sa localisation proche de la mer. On rencontre dans ces magnifiques jardins des arbres fruitiers en plus des nombreuses fontaines et bassins. Un cadre idyllique dans lequel se jouent les drames familiaux et les conspirations vengeresses.

C’est le palais Alcazar de Séville, en Espagne, qui prête ses traits aux jardins aquatiques de Dorne. Ce palais fortifié construit au IXe siècle est une résidence royale depuis plus de 700 ans. L’Alcazar de Séville se trouve agrémenté de nombreuses cours et jardins Renaissance et Moderne, abritant d’innombrables orangers, palmiers, fontaines et pavillons. Bassin de Mercure, Jardin des Fleurs, Jardin de la Danse, Jardin des Poètes, autant de noms évocateurs qui invitent à la découverte et à la flânerie.

Alcazar de Séville

Alcazar de Séville

Le succès de la série Game of Thrones s’explique certainement en partie par le soin apporté au cadre de l’intrigue. Les costumes, les musiques, les décors sont recherchés et choisis avec justesse, rendant ainsi l’univers médiéval-fantastique empreint de réalisme.

Voir les commentaires

Rédigé par Estelle

Publié dans #Jardins de cinéma

Repost 0